Confidences d'auteurs

Publié le 16.01.2019
À l'occasion de la 3e édition de la Nuit de la Lecture, cinq écrivains nous ont raconté le rapport qu’ils entretiennent aux livres et à la lecture. À découvrir.

Éric Fottorino

Journaliste et auteur, lauréat du prix Femina en 2007 pour Baisers de cinéma, découvrez le titre du livre grâce auquel Éric Fottorino s’est autorisé à devenir écrivain :

« Mon plus beau souvenir dans une librairie, c’est le jour où j’ai acheté Rue des Boutiques Obscures de Patrick Modiano. […] Ce livre a été une révélation […] j’ai eu l’impression qu’il me donnait l’autorisation d’écrire à mon tour. »

 

Émilie Frèche

Pour l’écrivaine, la lecture est nécessaire :

« Je lis partout, tout le temps. J’ai toujours un livre sur moi. »

 

Jean-Luc Hees

Dans son enfance, l’homme de radio a pu assouvir sa soif de lecture grâce aux bibliothèques :

« Quand on est gamin à la campagne, il y a les livres et les chiens. Moi, j’ai eu les deux grâce aux bibliothèques. »

 

Yasmina Khadra

L’écrivain algérien nous a confié ne lire que la nuit :

« Pour la nuit, mon livre préféré est Des souris et des hommes de John Steinbeck. C’est un livre que j’ai lu peut-être une cinquantaine de fois. […] Je lis surtout la nuit […] à partir de 2h et jusqu’à 4h du matin. La journée, j’écris. »

 

Ingrid Pohu

Journaliste culture-voyage-jeunesse et auteure du livre Mômes Trotteurs Paris, Ingrid Pohu nous révèle la nature de ses lectures nocturnes :

« La nuit, j’aime bien lire des haïkus japonais. Un brin de poésie en plein milieu de la nuit permet d’ouvrir son esprit […] de laisser vaquer son imagination. »