L'architecture des bibliothèques en lumière

Publié le 22.10.2018
Les bibliothèques qui ouvrent leurs portes en France font désormais objet de "troisième lieu". Explications.
© Luc Boegly - Studio 02 Architectes

Public et livre au cœur du projet

S’il existe des préoccupations communes à tous les projets architecturaux d’espaces publics, comme l’accès aux personnes à mobilité réduite ou les normes de sécurité incendie, la bibliothèque constitue un lieu particulier dans sa conception, qu’il s’agisse d’une réhabilitation d’un bâtiment existant ou d’une création nouvelle : à la fois lieu de vie, lieu de lecture et d’études, de rencontre, de détente, de jeux…  « Le projet architectural de la construction d’une bibliothèque doit être conçu comme une réponse aux besoins sociaux liés à la ville : désormais, le public est mis au cœur de la bibliothèque, à parts égales avec le livre » indique Luigi Failla, architecte et ingénieur, auteur d’une thèse sur le devenir de la bibliothèque publique et le rôle de l'architecture qui se penche sur les stratégies de conception pour le XXIe siècle.

© Luc Boegly - Studio 02 Architectes

« Les nouvelles réalisations prennent en compte les nouveaux besoins des établissements, comme des étagères plus basses pour avoir une vue d’ensemble, ou des espaces modulables pour ne pas privilégier une activité plutôt qu’une autre. Les réhabilitations de bibliothèques déjà existantes doivent prendre en compte la structure du bâtiment, mais également son histoire, pour créer une nouvelle identité chargée de la force de l’ancienne. Et dans ce cas également, l’architecture doit prendre en compte la flexibilité des services », estime Luigi Failla.

 

 

Diversité des espaces

© Antoine Cardi

Qu’il s’agisse d’édifices nouveaux ou bien de réhabilitations, le but des nouvelles constructions est donc de faire en sorte que le public aille, reste et revienne à la bibliothèque. « La problématique repose sur le fait que les bibliothèques sont toujours très fréquentées, à la fois par des usagers lecteurs ou emprunteurs, mais également par ceux qui profitent des espaces et des contenus culturels qu’offrent ces établissements », ajoute Luigi Failla. Les nouveaux usages, combinés aux nouvelles technologies, sont donc à prendre en compte dans la conception d’un projet. « L’architecture des nouvelles bibliothèques doit abolir les hiérarchies qui pouvaient exister dans le monde de l’information et de la culture et mettre en place concrètement, par des espaces dédiés, une équivalence entre pratique de lecture et utilisation de l’espace des bibliothèques pour les jeux vidéo, les projections, la détente, le travail, la musique… », résume Marc Germain, architecte conseil au sein de la Direction générale des médias et de l’industrie culturelle du ministère de la Culture. 

« Il n’y a pas une architecture de bibliothèque mais des architectures de bibliothèque », explique Marc Germain. « La diversité des tailles des bibliothèques construites récemment, de 100m2 à plus de 10 000m2, est révélatrice du fait qu’il n’y a pas de schéma unique et que la bibliothèque est un équipement de proximité, qui dépend de l’histoire et du territoire local : chaque ville, chaque collectivité a son espace de réflexion et de décision dans la création d’une bibliothèque, donc chaque projet est unique », poursuit-il.

La Nuit de la lecture, par la diversité des animations proposées au public, révèle ainsi la variété des usages des bibliothèques françaises d’aujourd’hui et de demain.