5 romans où Histoire et amour s'entremêlent

Les bibliothécaires Eurêkoi-Bibliothèque publique d’information ont sélectionné pour vous 5 romans dans lesquels l'intrigue s'inscrit dans un contexte politique chaotique, voire dictatoriale.
5 romans où l'Histoire politique se mêle aux histoires d'amour...

 

Allez dire à Lydia que je suis encore vivant

Louis Pouliquen, éd. Coop Breizh, 2019

Cédant à la pression paternelle, Georges Paparian s'engage à l'été 1943 dans la Légion des volontaires français, pour combattre le communisme aux côtés des nazis. Porté disparu en hiver 1945, il demeure prisonnier en Union soviétique. 20 ans plus tard, il rencontre à Iaroslavl un chirurgien français, Luc Valmare. Celui-ci doit porter son message à Lydia, la femme dont il était amoureux.

Notre avis : Un amour né pendant la Seconde Guerre mondiale entre un Arménien et une Bretonne. Louis Pouliquen construit un somptueux mélodrame où l'histoire individuelle rencontre la Grande Histoire. Lisez ce livre et vous serez submergé par un souffle passionnelle et le suspense d'une enquête menée sur plusieurs années, plusieurs époques et plusieurs générations.

 

Théa

Mazarine Pingeot, éd. Julliard, 2017

Paris, 1982 : fuyant le coup d’État, des centaines d’Argentins se réfugient à Paris. Josèphe, 22 ans croise l’un d’entre eu, Antoine, et c'est aussitôt le coup de foudre ! Jusqu’au jour où Antoine disparaît mystérieusement. Josèphe se met alors à enquêter : qui est Antoine ? Que lui est-il arrivé ? Alors qu’elle découvre le passé de l’homme qu’elle aime, la jeune femme est brutalement renvoyée à sa propre histoire familiale, aux secrets et aux silences de ses parents…

Notre avis : Théa est un roman d’apprentissage politique et sensuel, qui explore la découverte de l’amour et de l’horreur du monde. Une lecture qui ne vous laissera pas de marbre !

 

Ce qui ne nous tue pas …

Carole Declercq, éd. City, 2017

Un jeune homme découvre l'histoire de sa famille à travers les souvenirs de sa grand-mère. Marianne, résistante française de moins de 20 ans en 1944, espionne l'officier allemand Von Wreden avant d'en tomber amoureuse.

Notre avis : Un premier roman qui propose une vision inhabituelle et intéressante de la période de l'Occupation.

 

D’amour et d’ombre

Isabel Allende, Livre de poche, 1984

Irène, journaliste en Amérique du Sud, noue avec Francisco, fils d'émigrants rescapés de la guerre civile espagnole, une relation d'amitié qui se transforme peu à peu en un amour passionnel. Mais ils doivent s'exiler car la dictature les chasse. De magnifiques portraits de femmes, comme sait si bien le faire Isabel Allende.

Notre avis : Irène est fille de bourgeois, journaliste et fiancé au capitaine Gustavo. Francisco, fils d'émigrants rescapés de la guerre civile espagnole travaille avec elle comme photographe. Entre eux se développe une relation d'amitié complice. Mais Irène et Francisco vont se trouver incidemment à l'origine de la révélation d'un de ces massacres politiques dans un contexte où les dictatures d'Amérique du Sud se multiplient. La répression se tourne alors contre eux... Ce qu'ils vont vivre transforme peu à peu leurs sentiments fraternels en un amour indissoluble.

 

Piazza Bucarest

Jens Chrisitan Grøndahl, éd. de poche Gallimard, 2008

Le narrateur, écrivain, part à la recherche d’une certaine Elena, une jeune Roumaine qui a été la maîtresse de son beau-père, Scott. C’était un peu avant la chute du mur, quand la Roumanie était encore écrasée par la dictature de Ceausescu. Elena avait suivi cet Américain, ancien déserteur du Vietnam, installé depuis longtemps au Danemark. Elle était restée un peu, avant de repartir, cette fois vers l’Italie, ne laissant à Scott qu’un bout mal découpé d’une histoire d’amour un peu triste? Plusieurs années ont passées, quand le narrateur entreprend de la retrouver. Un peu pour Scott, un peu pour lui. D’Elena, il veut le fin mot de l’histoire, ou plutôt son commencement, sa cause finale, son trajet. Il l’aura, comme il aura l’Europe des dernières années du communisme, le combat pour la liberté de ceux qui n’ont pas idée de ce à quoi elle ressemble vraiment, un peu de sa propre réalité, aussi. Il aura tout cela et il n’aura rien, comme il en conviendra en évoquant Scott et Elena : « Il y a des choses que je ne leur ai pas demandé, mais certaines questions sont aussi trop anciennes pour qu’il y soit apporté de réponse. »

Notre avis : Cela aurait pu être un simple mariage blanc permettant à Elena de fuir la Roumanie dictatoriale de Ceausescu. Mais Scott, un photographe de presse d'origine américaine, s'attache beaucoup plus que prévu à cette jeune femme secrète, et lorsqu'elle le quitte, après quelques mois de vie commune au Danemark. Piazza Bucarest déploie un long travelling entre Copenhague et Rome, entre le New York des Twin Towers et la Roumanie de Ceausescu. D'un personnage à l'autre, Grøndahl aborde les inquiétudes de notre époque : réflexion sur l'exil et la liberté. Littératures Européennes Cognac - Prix Jean Monnet - 2007.

 

Allez-dire-à-Lydia-que-je-suis-encore-vivant-de-Louis-Pouliquen.jpg
Thea.jpg
Ce qui ne nous tue pas....jpeg
D'amour et d'ombre.jpeg
Piazza Bucarest.jpg
Allez-dire-à-Lydia-que-je-suis-encore-vivant-de-Louis-Pouliquen.jpg
Thea.jpg
Ce qui ne nous tue pas....jpeg
D'amour et d'ombre.jpeg
Piazza Bucarest.jpg